samedi 31 mars 2012

Quizz Hunger Games sur My Boox

My Boox organise un quizz sur Hunger Games ; tentez votre chance pour gagner les trois tomes de la trilogie !
Pour jouer, rendez-vous ici ;)


Interview de Gary Ross avec le New York Times


Le New York Times a posé des questions de fans à Gary Ross et une information en particulier devrait en décevoir plus d'un puisque le réalisateur a annoncé qu'il n'y aurait pas de scènes coupées dans le DVD.

Gary, quelle était le plus gros challenge que vous ayez eu à affronter pour monter le flm ? Et aussi –simplement parce que j’aime mon État— qu’avez-vous pensé de la Caroline du Nord ? Voudriez-vous y revenir pour de futurs projets (Savannah, Caroline du Nord).

Je crois que le plus dur a été de conserver cette sensation de peur et de tension dans la première partie du film. C’était plus facile pour les jeux de le faire passer pour un concept abstrait (dans la première partie, il n’y a pas de menace immédiate pour les tributs) et pourtant, les personnages affrontent une mort certaine. Le ton établi à la moisson était essentiel pour ça. Steven Mirrione et moi avons restructuré une petite partie de la première moitié pour être sûr que la tension ne retombait pas. Quand à ton État, je l’ai ADORÉ. Et Asheville me manque vraiment beaucoup, j’ai hâte d’y retourner.

Comment votre équipe a-t-elle développé l’idée de créer une salle de contrôle dans le style de la NASA ? Ce n’est pas dans le livre, mais j’ai trouvé que c’était un ajout important et intelligent. (Jalling, Groton, Massachussetts)

Dans le livre, Katniss fait des suppositions sur les manipulations des Juges pendant les jeux. Evidemment, dans le film, on ne peut pas se mettre dans la tête de Katniss, mais on a la possibilité de s’en éloigner et de réellement montrer les machinations du Capitole en coulisses. J’ai créé la salle de contrôle et aussi approfondi le rôle de Seneca Crane pour ces mêmes raisons. J’ai pensé que c’était important pour instaurer le ton du film. Une si grande partie du film se passe dans la forêt que l’on oublie facilement que c’est une société futuriste qui contrôle tout ce qu’il se passe pour les téléspectateurs. L’aspect de la salle de contrôle, ce sentiment aseptisé et les hologrammes étaient là pour rendre l’arène plus « construite », même quand la salle de contrôle n’était pas à l’écran.

Si vous aviez eu une demi-heure en plus –en imaginant qu’il n’y aurait pas eu de conséquences ou de plaintes sur ce point—, y a-t-il quoi que ce soit que vous auriez ajouté au film ? Un souhait particulier ? (Jenny B., Harlem, New York)

Honnêtement, non. Le film que j’ai fait est le film que je veux, et je n’ajouterais rien à la durée. D’un autre côté, je ne voudrais jamais faire un film trop court juste pour respecter les normes de durée. Je crois qu’un réalisateur devrait prendre position en déterminant un durée. C’est pour cette raison que je n’ajouterais pas de scènes supplémentaire sur le DVD. Ceci étant dit, je n’ai pas pu insérer certaines choses dans le scénario pour des raisons de narration. Un bon exemple est l’histoire de la Muette dans le roman. J’ai adoré ce que Suzanne a fait mais je n’ai pas trouvé de moyen de l’insérer dans le scénario, et ça n’a pas été tourné.  

Source : The Hob

Interview de Jennifer Lawrence avec Monsieur Hollywood

Monsieur Hollywood a interviewé Jennifer Lawrence lors de sa venue en France le 15 mars : 


M. H : Ça fait plaisir de te revoir.
Jennifer : Pareil pour moi.
M. H : Maintenant que le premier film est terminé, tu dirais que Hunger Games va faire partie de ta vie pendant 10 ans… Est-ce que c’est un peu la grande expérience que tu recherchais ou tu plutôt le mouvement ?
Jennifer : Je suis le mouvement.
M. H : Qu’est-ce que tu en as appris ?
Jennifer : C’est super… C’est énorme, c’est stressant, excitant et tout plein de choses à la fois.
M H : Est-ce que tu lis ce que les gens disent sur toi ? Est-ce que tu regardes ce qu’on dit sur toi à la télé ? Que tu es brillante ou ci ou ça ?
Jennifer : Pas vraiment, non. Je continue juste ma vie. Mais c’est agréable de savoir que les gens disent ça.
M H : Est-ce que c’est stressant parfois ou pas du tout ?
Jennifer : Oui, ça l’est un peu. J’ai compris que plus je sais ce qu’on dit sur moi, plus je stresse. Si je commence à regarder les photos ou à lire avec qui je me dispute ou de qui j’attends un enfant... C’est plus stressant qu’autre chose. C’est mieux de ne pas y prêter attention.
M H : Étas-tu différente il y a 5 ans ? Tu étais comme toutes les ados, tout le temps sur Internet, tu passais ton temps à envoyer des textos ?
Jennifer : Je suis toujours… J’envoie beaucoup de textos. Je ne suis pas très penchée Internet ; mais je sais utiliser Youtube et Google.
M H : Est-ce que tu comprends pourquoi les fans passionnés du livre ne veulent rien savoir du film avant de le voir ?
Jennifer : Les grands fans du livre ne veulent pas savoir ?
M H : Certains fans ne veulent pas voir les spots TV…
Jennifer : Oui, je comprends.
M H : Et pourquoi ?
Jennifer : Parce qu’on est tellement excité pour ça qu’on ne veut rien gâcher. J’étais pareille. J’étais une grande fan du livre donc quand j’ai enfin lu le scénario, je n’ai même pas voulu les notes qui étaient jointes, je me suis juste concentrée sur le scénario.

Nouveau spot TV du film

Un nouveau spot TV du film est sorti et on peut une nouvelle fois y entendre la chanson Safe and Sound

vendredi 30 mars 2012

Article du Point sur le film Hunger Games


Le site du Point a tenté de décrypter le succès de la trilogie Hunger Games et du premier film réalisé : 

Dérangeant, et très efficace. La trilogie de Suzanne Collins s'est vendue à plus de 30 millions d'exemplaires dans le monde, dont 400 000 en France aux éditions Pocket Jeunesse. […]
En France, le succès du film est moins sidérant [qu’aux Etats-Unis], mais reste plus qu'appréciable : il vient de coiffer au poteau le biopic Cloclo, avec plus de 500 000 entrées en une semaine. […]

Cette violence, l'auteur en défend pourtant le principe. Suzanne Collins dit avoir eu l'idée de Hunger Games un soir, devant la télévision. "Je passais d'un show de téléréalité à un reportage sur la guerre, quand les images se sont brouillées dans ma tête, a-t-elle expliqué à la presse. J'ai vu des jeunes gens faire des choses inouïes pour de l'argent, et d'autres en train de disputer une véritable guerre. Il y a un frisson de voyeurisme à regarder des gens se faire humilier ou souffrir que je trouve très dérangeant." Elle dit néanmoins avoir veillé à ce que "le film ne se retourne pas contre le livre et ne glorifie pas" ce qu'elle cherchait à dénoncer en jouant avec ce voyeurisme un jeu ambigu. "Nous nous sommes également posé des questions, reconnaît Xavier d'Almeida. Les livres jeunesse aussi violents sont extrêmement rares, le publier était prendre un risque. Mais, avec la directrice littéraire de la maison, Natacha Derevitsky, nous avions été immédiatement conquis."

Par le personnage principal, d'abord, dont l'éditeur dit être tombé amoureux. "Suzanne Collins dit parfois qu'elle a écrit un texte féministe, et ce n'est pas faux, note-t-il. Katniss est très différente des héroïnes habituelles de romans jeunesse. Elle est dure, elle est combattante, elle n'a pas besoin d'un garçon guerrier à ses côtés..." Ont compté de même la grande qualité de l'écriture et l'efficacité de la construction, en plus du choix de la contre-utopie. Comment faut-il l'interpréter ? Les uns parlent d'une dénonciation du capitalisme et d'un hommage aux Indignés. Les autres, d'une méditation sans concession sur la violence adolescente. Pour d'autres encore, est visé l'avènement glaçant de la société du spectacle. "À vrai dire, les adolescents lisent d'abord les romans pour l'aventure, les combats, l'histoire d'amour, le suspense, estime Xavier d'Almeida. La dénonciation vient ensuite".
Sauf que la série compte aujourd'hui beaucoup de lecteurs adultes. Harry Potter avait ouvert la voie : il n'y a aujourd'hui plus de honte à faire provision de fictions au rayon jeunesse...

jeudi 29 mars 2012

Outtakes de Josh Hutcherson pour le magazine Nylon


De nouvelles photos de Josh Hutcherson pour le magazine Nylon ont été dévoilées sur la toile.


Source : HGgirlonfire

Bande-annonce de House at the End of the Street

MTV a dévoilé en exclusivité la bande-annonce du prochain film de Jennifer Lawrence, House at the End of the Street, dont la sortie est programmée au 26 septembre en France selon Allociné


À la recherche d’un nouveau départ, Sarah (l’actrice nominée aux Oscars Elizabeth Shue, Leaving For Vegas, Piranha 3D), fraichement divorcée, et sa fille Elissa (l’actrice nominée aux Oscars Jennifer Lawrence, X-Men : Le Commencement, Winter’s Bone) trouvent la maison de leur rêve dans une petite ville de la campagne. Mais lorsque des évènements perturbants inexpliqués surviennent, Sarah et Elissa découvrent que toute la ville cache un lourd secret. Des années plus tôt, dans la maison voisine, une petite fille a tué ses parents dans leur lit avant de disparaître, abandonnant son frère, Rue (Max Theriot, My Soul to Take) qui reste le seul survivant. Malgré les recommandations de sa mère, Elissa entame une relation avec Ryan –et plus ils se rapprochent, plus ils s’enfoncent dans un mystère plus dangereux qu’ils ne l’auraient jamais imaginé.

Liam Hemsworth sur le plateau de Conan

Mardi, Liam Hemsworth s'est rendu sur le plateau de Conan pour promouvoir le film Hunger Games


Conan : Tout d’abord, félicitations ! Ce film a battu les records historiques de lancement, donc ça doit être excitant pour vous.
Liam : Le film s’en est plutôt bien sorti. C’était un bon weekend.
Conan : Tu as fait la promotion de ce film depuis un bon moment, même avant de l’avoir vu, ce qui doit être un peu bizarre, pas vrai ?
Liam : Oui. Quand on fait la promotion d’un film qu’on n’a pas encore vu, c’est un peu stressant. Il y a tellement d’attentes et on n’arrête pas de dire que c’est un film génial, mais on ne sait pas encore si c’est vrai.
Conan : Quand c’est comme ça, tu dis : « Il faut que vous alliez le voir, c’est le meilleur film de tous les temps », mais tu ne l’as pas encore vu. Donc il y a eu un moment, en allant enfin au cinéma, où ça devait être un peu effrayant. Se dire qu’on va enfin le voir, après avoir dit à la moitié du monde que c’était très bien.
Liam : J’avais spécifiquement demandé de le voir seul, la première fois. J’étais trop stressé. Tout le monde en parlait, ça faisait un buzz… Quand je l’ai vu, j’ai été très soulagé.
Conan : J’ai pu le voir avec mon équipe il y a deux jours et c’est un très bon film, vous avez fait du bon travail.
Liam : Merci.
Conan : Comment aurais-tu réagi en allant le voir si le film avait été raté ?
Liam : J’aurais eu quelques options. Déjà, j’aurais tout simplement pu me suicider.
Invité : C’est toujours une option.
Liam : Je fais la promotion du film, tout le monde en parle et moi j’arrive et je dis : « Suicidez-vous, ça en vaut la peine. Ce n’est pas un bon film »
Conan : Ce soir, les invités sont plus honnêtes que jamais.


Conan : Tu as grandi en Australie et tu as deux frères, si je ne me trompe pas ?
Liam : C’est ça, deux grands frères.
Conan : Et l’un d’eux est un acteur, il a joué Thor.
Liam : Il a interprété Thor, oui. 
Conan : Wow. Dans ma famille, nous étions quatre frères et on se battait tout le temps. Les gens sont horrifiés d’entendre ça parce qu’ils pensent que ce n’est pas normal, mais c’est comme ça.
Liam : Pour moi, quand on connaît vraiment quelqu’un, on lui met une bonne droite. C’est une façon d’exprimer son affection comme une autre. C’est comme ça qu’on faisait chez nous. « Je suis content de te voir » était accompagné d’un coup de poing.
Conan : Et jusqu’à quel point ça allait ?
Liam : Assez loin. Mon plus grand frère et moi, on ne se battait jamais. Mais Crhis et moi on se battait tout le temps. À un tel point que quand mes parents sont partis en Europe pendant 3 mois, mon frère aîné et moi étions chez ma grand-mère et Chris devait rester chez mon oncle. On posait trop de problèmes ensemble, sinon. On en arrivait aux poings pour savoir qui allait s’asseoir à l’avant de la voiture, j’avais un couteau… Je ne sais pas pourquoi mon grand-père a cru que c’était une bonne idée de donner des couteaux faciles à lancer à des gamins, mais il l’a fait.
Conan : Attends, tu as lancé un couteau sur ton frère ?
Liam : C’est un couteau qu’on pouvait lancer sur un arbre et ça restait planté dedans.
Conan : Je sais comment marche un couteau !
Liam : Non mais celui-là était spécifiquement fait pour rester planté dans l’arbre.
Conan : On ne peut même pas lancer un couteau de cuisine sur quelqu’un. Donc tu as jeté un couteau sur ton frère.
Liam : J’ai visé sa tête, je devais avoir 8 ans. Et la poignée du couteau lui a cogné la tête.
Conan : Oh, c’était du côté de la poignée.
Liam : C’était comme un avertissement : si tu m’embêtes, je te jetterai un couteau dessus. Donc j’ai fait ça.
Conan : Mon dieu.
Liam : Une fois, on avait une vraie bagarre et ma mère a essayé de nous séparer, mais elle s’est cassée un doigt. Je crois que c’était le pire de nos bagarres.
Conan : Je continue de penser que lui lancer un couteau en pleine tête était le pire. Et la fois où il t’a tiré dessus. Donc tu as déménagé d’Australie, tu es venu t’installer à Los Angeles… Ça a dû être un sacré changement.
Liam : En effet. C’était un grand pas. Heureusement, Chris était déjà là depuis quelques années donc on s’est fait des amis, il avait quelques connaissances.
Conan : En Autsralie, vous avez plein de créatures exotiques qu’il n’y a pas ici. Est-ce qu’il y en a ici qui t’ont choqué ?
Liam : Le pire, c’était les écureuils.
Conan : Vous n’avez pas d’écureuils ?
Liam : Il n’y a pas d’écureuils en Australie. En fait, j’en avais juste vu en dessins animés. Dans une interview, j’ai fait une blague sur les écureuils, et maintenant, ils m’obsèdent.
Conan : Où les as-tu vus pour la première fois ?
Liam : À Disney. Je me rappelle m’être dit que c’était ironique de les voir là, puisque je ne les avais vus que dans des dessins animés Disney. Je trouve qu’ils ont une expression qui laisse penser qu’ils savent quelque chose qu’on ne sait pas et qu’ils préparent quelque chose. Pour être honnête, je ne leur fais pas confiance. C’est peut-être juste moi.
Conan : Vous avez des frôlons et des kangourous mais vous êtes effrayés par les écureuils.

Le film Hunger Games rebooste les ventes du livre en France


Avec le succès du film au cinéma, c'est sans surprise que les ventes de livres soient propulsées en France, comme le rapporte My Boox

En rupture de stock, 8 jours avant
 
A en juger par le nombre d’entrées en salles et par les chiffres de ventes du livre depuis la sortie du film, les fans ont refusé de trancher. Ils ont simplement foncé dans les librairies, dans les salles de ciné et partout où ils pouvaient  trouver la trace de leur héroïne préférée, Katniss Everdeen, confrontée au fameux jeu télévisé inhumain "Hunger Games". Si bien que huit jours avant la sortie du film, il ne restait plus un seul exemplaire de la saga de Suzanne Collins dans les librairies du Salon du livre,

Explosion des ventes de livres
 
Pas étonnant donc, de voir le site Amazon entièrement relooké aux couleurs de la trilogie et d'apprendre que Suzanne Collins y a été sacrée meilleure vendeuse de livres en ligne de tous les temps au milieu du mois de mars. Selon l’éditeur, plus de 440 000 exemplaires auraient été vendus en France depuis la parution du livre, dont 80 000 exemplaires depuis la sortie du film. 

Box-office du film pour sa première semaine en France


Cela fait déjà plus d'une semaine que Hunger Games est sorti dans les salles françaises ; les premiers chiffres du box-office sont donc tombés : le film accumule le plus grand nombre d'entrées de la semaine avec 509 426 spectateurs ! C'est un très bon début !

Pour la comparaison, le premier Twilight avait réuni 755 835 spectateurs pour sa première semaine. On peut aussi se rappeler que le beau temps a sûrement un peu joué en la défaveur des cinémas ces derniers jours. 

Débat : Hunger Games est-il un film trop violent ?


Un débat sur le film Hunger Games a été lancé sur Newsring : le film Hunger Games est-il trop violent ? 

Hunger Games est loin d'être le film le plus violent de ces dernières années. Mais là où la polémique commence, c'est que le film vise clairement un public adolescent. Or «Hunger Games» met aussi en scène des adolescents qui s'entre-tuent, s'insultent, souffrent etc.
·       La question n'est donc pas tant de savoir s'il est trop violent tout court, mais plutôt de savoir s'il est trop violent pour le public qu'il vise, c'est-à-dire des adolescents à partir de 13 ans (au grand dam de certaines associations américaines) [...] 

·       Il y a ensuite la question de la violence en elle-même. Est-ce les scènes crues qui choquent : massacres, insultes, souffrances des protagonistes ? Ou plutôt la violence psychologique du concept (proche de celui du film japonais Battle Royale) : celui où des adolescents s'entre-tuent et tentent de survivre dans une arène piégée (mines, incendies, monstres etc).

On pourrait, au contraire, se demander aussi si «Hunger Games» est assez violent ? Trop épuré, tout juste qualibré pour plaire aux adolescents, et encore ?

Vous pouvez retrouver plusieurs avis à ce sujet (y compris le mien) sur Newsring
Qu'en pensez-vous ? 

mercredi 28 mars 2012

Bande-annonce du jeu Hunger Games sur Facebook

La bande-annonce du jeu Facebook inspiré du film Hunger Games a été dévoilée (tout le monde pourra y jouer dès le 30 février).


Un mariage inspiré de Hunger Games


Hunger Games peut inspirer les fans de tout âges de diverses façons. Ces fans ont en tout cas choisi de se marier en utilisant le thème de la trilogie !


Merci à @Pretty_Ginger via 9gag

Mot de Suzanne Collins pour Taylor Swift

Taylor Swift a reçu une bonne surprise dans son courrier, puisqu'elle a posté une photo du livre Hunger Games qu'elle a reçu, dédicacé par Suzanne Collins : 

 Pour Taylor, 
Je te remercie beaucoup pour tes magnifiques chansons.
Que les Jeux commencent ! 
Suzanne Collins

Josh Hutcherson sur le plateau de Conan

Josh Hutcherson était sur le plateau de Conan hier pour promouvoir le film Hunger Games


Conan : Félicitations ! Ça doit te sembler irréel d’être le film qui remporte le plus de succès de tous les temps.
Josh : C’est un sacré titre. C’est très excitant, on a travaillé très dur pour ce film donc de voir qu’il est enfin sorti et que les gens aillent le voir… C’est très sympa.
Conan : Plus que deux personnes sont allées le voir !
Josh : Oui, ils ont fait en sorte d’en faire un phénomène mondial.
Conan : Ça a rapporté 800 billiards de dollars.
Josh : Voilà, c’est le chiffre final.
Conan : Ils ont dû inventer un nouveau nombre.
Josh : C’est vrai, c’est fou.
Conan : Tu as su que tu voulais devenir acteur très tôt. À quel point étais-tu décidé ?
Josh : Je l’étais tellement qu’à 9 ans, j’ai pris un annuaire moi-même pour appeler une agence dans le Kentucky, d’où je viens. C’est une petite ville, il y a 10 000 habitants.
Conan : Tu as pris un annuaire ; les enfants de nos jours ne savent même pas ce que c’est. Et tu as recherché une agence ?
Josh : J’ai recherché une agence pour acteurs et je les ai appelés et ils m’ont répondu : « Salut, euh… On doit parler à un adulte. » J’ai supplié mes parents et finalement, ils se sont dit : « Mince, il appelle les gens lui-même, on doit faire quelque chose. » Ils m’ont soutenu, ils ont contacté une agence locale et ont traversé le pays pour venir ici. On est restés dans un motel et j’ai passé mes premières auditions. C’était assez fou.
Conan : Au début, tu étais partagé entre être acteur ou faire partie d’un boys band ?
Josh : Oui, c’est vrai. J’étais un grand fan de Instinct et je m’étais même fait colorer les cheveux en blond, à la façon des années 1990.
Conan : On a tous fait ça dans les années 90.
Josh : Je suis content de savoir que je n’étais pas le seul. J’avais appris toutes les chorégraphies…
Conan : Le leader était Justin Timberlake ?
Josh : Qui ne voudrait pas être Justin Timberlake ? Ce mec est très beau, on le sait tous, doué… À cette époque, j’étais très impressionnable donc je voulais devenir un jeune Justin Timberlake.
Conan : C’est ce que tu as décidé. Tu faisais les chorégraphies et tu chantais en même temps ?
Josh : Je ne chantais pas, je suis un terrible chanteur. Mais je pensais que je pouvais contourner ce problème. Mais je savais danser. J’ai pris des cours de hip hop… Je sais faire le vers et tout.
Conan : Le vers est le mouvement où tu sautes sur le sol comme ça…
Josh : Oui, ça fait comme un vers sur le sol.
Conan : D’où le nom.
Josh : Exactement. La dernière fois que j’ai essayé, ça devait être l’année dernière et je me suis demandé si je savais encore le faire. Et c’était plus un placage, ça a fait « Bam ! » Et je me suis fait mal à un endroit qui pourrait m’empêcher d’avoir des enfants.
Conan : Personne ne devrait faire le vers passé 15 ans.
Josh : Je l’ai compris.
Conan : Plus de vers pour toi.
Josh : Le temps du vers est terminé.  


Conan : Quand vous vous déplacez pour le film, c’est tout simplement de la folie partout dans le monde. Les gens viennent avec des pancartes et tu en as vu certaines pas mal.
Josh : Effectivement. Ça a commencé gentiment du genre : « On aime Peeta, Team Peeta » Mon personnage est un boulanger et il y en a eu du genre : « Tu peux mettre ton pain dans mon four », puis il y a eu : « Est-ce que c’est un morceau de pain dans ta poche ou est-ce que tu es content de me voir ? »
Conan : Ce sont des filles, j’espère ?
Josh : Ce sont des filles. Je n’étais pas certain de leur âge, mais je me demandais où étaient leurs parents. Ça m’inquiétait un peu. Parce qu’on peut faire de la prison pour sortir avec une fille de 16 ans. Il ne vaut mieux pas prendre ça à la légère.
Conan : Je suis heureux que tu me l’apprennes. Ça change complètement le programme de ma soirée.
Josh : Et il y a aussi les Peetaphiles, ce qui est assez fou. Ça ne rigole pas.
Conan : Ce n’est pas bon, ça ! C’est marrant, je suis Peetaphile !
Josh : Une fois, deux filles avaient mis leurs têtes dans des visages prédécoupés et ça disait : « Tu veux un plan à trois ? » Il n’y a aucun rapport avec le film !
Invité : Je parie que tu es déçu de ne pas avoir pu filmer ça.
Josh : Ça aurait été sympa. Non, mais il faut un peu de classe, quand même.
Invité : Et que penses-tu du District 3 ?
Josh : Ouais !
Conan : On va la montrer mais tu as apporté une photo de la plus bizarre.
Josh : Il y a Peeta et Katniss et on peut combiner leurs noms, comme Brangelina. Et Peeta et Katniss peuvent faire Peeniss.
Conan : Je crois qu’on voit la photo tout de suite.
Josh : Et on voit sur ma tête : « Ouais, on aime Peeniss. »
Conan : Ton erreur est d’être resté derrière cette affiche. Tu t’es mis derrière, en mode super heureux.
Josh : Mais quand on voit une telle affiche, il faut faire de la pub pour ! Quand on faisait la tournée promo du film, certains nous disaient : « J’adore Peeniss. » Et Jennifer et moi, on se regardait… On ne peut pas… Qu’est-ce qu’on répond à ça ? Et après, on a compris : « Oh, c’est Peeta et Katniss, d’accord ! » Parce qu’autrement, ce n’est pas si bien de signer ça.
Conan : Non, c’est sûr, mais on a tous compris.
Invité : C’est sûrement mieux que Katpee (pipi de chat).  
Conan : Non, ça ne l’est pas.
Josh : J’aime bien. C’est pas mal.
Conan : Je continue de penser que ce n’est pas mieux. Dis-moi, pour ces choses là, soit les adolescentes deviennent folles, soit ce sont les mères. Et parfois, les mères peuvent être aussi intenses que les ados ?
Josh : Oui. Parfois, les filles disent juste : « Salut ! Je suis contente de te voir, » et les mères sont là : « Prends une photo, prends une photo ! Signe ça, signe ça ! » Et c’est très embarrassant. Et parfois, j’ai pitié pour leurs enfants parce que, par exemple, il y a cette femme à New York qui, à chaque fois que je la vois, m’invite à dîner avec sa fille, « Viens dîner avec nous, ce serait génial ! ». Et sa fille est toute gênée. D’ailleurs, en prenant l’avion pour venir ici, une hôtesse de l’air m’a demandé un autographe pour sa fille et m’a dit : « C’est pour ma fille, elle est vraiment sexy. » Et je me disais : « Parce que si elle ne l’était pas, je n’aurais pas signé ? »
Conan : C’est bizarre pour une mère de dire ça.
Josh : Exactement.
Conan : Tu vas aimer ma fille, elle est trop sexy.

Source : The Hob

Jennifer Lawrence en couverture du magazine Rolling Stone


Comme je vous l'annonçais hier soir, Jennifer Lawrence fait la couverture d'avril du magazine Rolling Stone, dont voici un extrait de son interview :

« Mec ! » dit Jennifer dans son téléphone portable. « Je suis complètement paumée ! Je n’arrête pas de tourner en rond en voiture depuis 10 minutes. Où est-ce que je dois aller ? »

Elle est à la recherche d’une grange. On a prévu de monter à cheval dans les canyons au-dessus de Malibu, mais aucun de nous n’a trouvé l’endroit. Je lui dit de se garer et que je vais la rejoindre.

La jeune actrice la plus douée d’Amérique attend dans sa Volkswagen blanche, dans un jean, un T-shirt gris et des lunettes de marque. Ses cheveux naturellement blonds sont attachés en une queue de cheval décontractée et son coude dépasse de la fenêtre ouverte. Elle est connue pour jouer de jeunes femmes vulnérables avec une volonté de fer, comme son rôle dans Winter’s Bone pour lequel elle a été nominée aux Oscars, ou pour son rôle de Katniss Everdeen , professionnelle de l’archerie, dans Hunger Games qui est sorti tout récemment. En ce moment même, son visage est sérieux.

« J’ai tellement envie de faire pipi. »

On conduit un peu plus loin et on trouve la grange qui s’avère finalement ne pas en être une mais un simple parking en terre rouge où est garé un van pour chevaux. Lawrence saute hors de la Volkswagen en un temps record et court à la recherche d’un buisson. Deux randonneuses d’une vingtaine d’années en lunettes de soleilles et brassières de sport se retournent sur son passage. Est-ce que c’était… ?

Lawrence, 21 ans, a un don pour faire une bonne impression. Woody Harrelson, son collègue dans Hunger Games, se souvient encore de leur première rencontre. « J’étais dans ma caravane, » dit-il, « et dedans, j’ai une balançoire de yoga. Jennifer est entrée et a fait : ‘’Salut Woody, je suis J... –est-ce que c’est une balançoire de sexe ?’’ C’était la première fois qu’elle me parlait. »

C’est également le cas de Josh Hutcherson, qui joue également dans Hunger Games : « Quand j’ai été pris, elle m’a appelé pour avoir une de ces conversations habituelles du genre : « J’ai hâte de travailler avec toi, bla bla bla… » Elle a commencé la conversation par : ‘’Pense à une aiguille qu’on t’enfonce dans le bras –aïe !’’ et puis ça a dérivé vers une conversation de 45 minutes sur les zombies et l’apocalypse. »

Quant à Zoe Kravitz, qui est apparue avec Jennifer Lawrence dans X-Men : Le Commencement et qui est une de ses meilleures amies : « Je l’avais déjà rencontrée quelques fois et elle m’avait proposé de passer chez elle. Donc je suis allée à son appartement et elle m’a ouvert en serviette. Elle m’a dit : ‘’Entre, je suis désolée, tu es arrivée plus tôt que prévu, j’allais prendre une douche.’’ Puis elle a laissé tomber sa serviette et a commencé à se raser les jambes, complètement nue. Elle m’a dit : ‘’Est-ce qu’on en est là ? Est-ce que ça te dérange ?’’ J’ai répondu : ‘’J’ai l’impression qu’on y est !’’ »

Lawrence fait pipi en un temps record. (« Je suis la plus rapide au monde pour ça, » dit-elle plus tard. « Je suis célèbre pour ça. ») et revient vers moi. Elle a à peine eu le temps de reboutonner son jean que les deux randonneuses l’arrêtent. « Je suis désolée de te déranger, » dit l’une des deux. « Mais est-ce que je pourrais avoir un autographe ? Ma nièce a 15 ans. Ce serait un cadeau de l’année pour elle. »

Les nièces de 15 ans entourent Lawrence maintenant. La trilogie Hunger Games est le plus grand phénomène depuis Twilight, avec 24 millions de livres imprimés. Et vu que cette histoire d’action post apocalyptique avec une histoire d’amour attire autant les garçons que les filles, les experts estiment que le film pourrait rapporter des sommes incroyables, sachant que trois suites sont déjà programmées.

Retour sur le parking, on rencontre notre guide, Jasmin, qui nous présente nos montures pour la journée. Lawrence a une jument blanche appelée Nay-Nay, dont Jasmin nous explique qu’elle est apparue dans la série de HBO Band of Brothers. « Oh ! » fait Jennifer en la caressant. « Tu es célèbre ! »


Merci à Virginie !

Edit : Ajout de scans des photos de Jennifer pour Rolling Stone (via epnebelle)

Deep in the Meadow de Sting

La version chantée par Sting de Deep in The Meadow est maintenant disponible à l'écoute sur Youtube ! Alors, qu'en pensez-vous ?


Merci à @poulette_jr

Jennifer Lawrence en couverture du magazine Rolling Stone

Jennifer Lawrence fera également la couverture du mois d'avril du magazine Rolling Stone (la photo du magazine est pour l'instant en LQ). 

 Source : The Hob

mardi 27 mars 2012

Une polémique raciste autour du film Hunger Games


Aujourd'hui, j'ai lu à plusieurs reprises qu'une certaine polémique avait eu lieu sur Twitter suite à des propos racistes tenus envers l'interprète de Rue, Amandla Stenberg. Voici un extrait de l'article du Figaro

«Pourquoi Rue est-elle noire? Je ne vais pas mentir, ça m'a un peu gâché le film»; «J'étais impatient de voir Hunger Games, jusqu'à ce que j'apprenne qu'une fille noire jouait Rue», écrivent deux «fans», sur Twitter, tandis qu'un troisième évoque l'expérience «bizarre» qu'il a vécue, en découvrant que Rue n'était pas «la petite fille blonde et innocente» qu'il s'était figurée. «Beurk, Rue est noire? Je ne regarde pas»; «Vous pouvez penser que je suis raciste mais quand j'ai découvert que Rue était noire, sa (attention, spoiler) mort était moins triste»…
Dans le livre, Rue a effectivement «une peau foncée»

Autant de propos qui n'ont pas manqué de choquer. Plusieurs journalistes américains ont dénoncé le phénomène et un blog, Hunger Games Tweets, s'est fait le devoir de répertorier ces tweets pour «exposer ceux qui osent se désigner comme fans d'Hunger Games, alors qu'ils n'ont absolument rien compris des livres.»
Le fait est que ces fans à l'esprit étriqué invoquent, à tort, le roman pour défendre leur position. Contrairement à ce qu'ils affirment, l'origine des acteurs choisis pour jouer Rue, Thresh et Cinna n'est pas en contradiction avec l'histoire imaginée par Suzanne Collins. Rue et Thresh sont, en effet, décrits comme ayant «une peau et des yeux très foncés». Quant à Cinna, l'auteur ne précise rien à ce sujet.
À la suite des articles parus dans la presse américaine, de nombreux fans ont pris la défense des acteurs, obligeant - à force de tweets - les auteurs des propos les plus racistes à fermer leur compte Twitter. Lundi après-midi, l'auteur du blog Hunger Games Tweets saluait leur action: «Le nombre de tweets se plaignant de Rue et de Thresh ont beaucoup diminué et c'est grâce à vous.»

Je crois que tout est dit dans l'article. Que les acteurs ne correspondent pas à l'image que l'on se soit faite des personnages est une chose tout à fait compréhensible et respectable, mais ces propos n'ont absolument pas lieu d'être. Heureusement, les fans ont su intelligemment réagir ! ;)

Merci à GaryRoss<3 pour le lien

Téléchargez la version de Sting de la Ballade de Rue


Si vous avez déjà en votre possession le CD Songs of District 12 and Beyond, vous pouvez d'ores et déjà télécharger gratuitement la version de la Ballade de Rue interprétée par Sting ici
Vous pouvez d'ailleurs en écouter un extrait de 20 secondes sur le site du chanteur


Source : The Hob